Archive for avril, 2010

Avril 2010

Samedi, avril 10th, 2010

« Dans ma vie actuelle, une douce impression de vacances existe

et s’installe de plus en plus ! »

Cette phrase peut surprendre : je n’ai pas gagné au loto, je ne suis pas à la retraite, non, bien au contraire, mes journées de travail sont bien remplies ! Alors !?…

Alors cette sensation n’a pas toujours été présente, revenons quelques années en arrière…

Après 25 ans de vie remplie de pression, de stress important et omniprésent, j’ai déclaré une maladie inflammatoire chronique intestinale, la maladie de Crohn. Le choc a été rude, je l’avoue, les recherches de solutions ont été nombreuses et souvent décourageantes…

Prêt  à « laisser tomber » toute possibilité d’aller mieux, j’ai quand même tenté une dernière thérapie, la Sophrologie Caycedienne. Mes trois premières séances ont été très particulières car à cette époque j’étais professeur à l’université et conférencier et en seule phénodescription, le silence et l’interrogation étaient présents ! PAS UN SEUL MOT, impossible de dire ce que j’avais ressenti… Ma curiosité m’a fait revenir chez le Sophrologue et ce travail personnel m’a fait découvrir des choses oubliées, enfouies en moi, des choses retrouvées, des choses nouvelles ; une vie autre s’ouvrait devant moi. Mes nouvelles avancées m’ont fait prendre conscience de beaucoup de choses, à ce point que je décidai de changer de vie, de changer de métier et de faire désormais ce qui m’avait permis d’en arriver là.

Ma première année de formation en Sophrologie Caycedienne fut réalisée en 2002-2003 à l’école de Lille dirigée par M. MANAVIT, la seconde en 2003-2004 à l’ESA d’Arras dirigée par J. NEVE. Les différentes formations m’apportaient des réponses parfois « curieuses », mais le travail sur moi se fit réellement par l’entrainement vivantiel, sa répétition et non par la seule lecture de textes philosophiques…

La vivance fut présente, la répétition fut fournie… le résultat de la répétition vivantielle encore aujourd’hui fait de moi le Sophrologue Caycedien qui travaille chaque jour et qui reçoit parfois des cas « difficiles » depuis 2006, j’y reviendrai.

Cette réalité  objective, cette Alliance a commencé dès le départ.

La qualité  de l’enseignement, le sérieux à l’école de Sophrologie Caycedienne de l’Artois à Arras m’a donné envie de faire partie de l’équipe pédagogique ! Un enseignement concret, rempli de pratiques et d’explications rationnelles, des outils réels m’ont apporté les bases pour pouvoir développer mon cabinet très rapidement. Une pédagogie claire et professionnelle, tournée vers deux axes principaux : le travail sur soi tout d’abord (rien n’est possible sans cela !) et une adaptabilité pédagogique et ouverte aux réalités du terrain !

Ce que l’on appelait avant la « professionnalité » de Sophrologue est bel et bien devenue une PROFESSION ! C’est d’ailleurs le titre que j’ai proposé et qui a été retenu pour la revue que nous avons créée ensemble il y a quelques années, José NEVE et moi… PROFESSION SOPHROLOGUE CAYCEDIEN.

Cette revue avait été reçue avec grand enthousiasme par tout l’entourage professionnel qui est le nôtre : médecins, kinésithérapeutes, ostéopathes, infirmières, psychologues, psychiatres, enseignants, éducateurs et autres. Il nous manquait vraiment un outil de communication car, comme je dis toujours « le savoir-faire doit se faire savoir » !

Cette revue comportait l’annuaire des sophrologues caycediens installés dans la région, l’actualité de notre école (je dis « notre », car je fais maintenant partie du staff pédagogique), la programmation des cours pour les élèves mais aussi les cours ouverts à tous les masters spécialistes, les différents séminaires à thèmes, enfin des articles permettant l’ouverture et la mise en relation de notre activité aux autres professionnels de santé, toujours dans un seul et même but « pour que la Sophrologie Caycedienne soit connue » !

(Depuis, le site internet de l’ESA remplit bien largement toutes ces fonctions, même bien au-delà !)

A ce sujet, je dois bien avouer que sans cet outil précieux, il est assez difficile de communiquer sur notre activité, la politique du « chacun pour soi » et « chacun dans son coin » n’a jamais été très productive, ni enrichissante…

Une organisation importante, fiable, solide et puissante pour fédérer les Sophrologues Caycediens serait donc la bienvenue ; le syndicat étant ce qu’il est (sans critique de ma part), il serait temps que nous fassions quelque chose pour sortir enfin de notre caverne !!

Nous vivons sur le terrain des temps difficiles ; la maladie de masse annoncée par le Professeur Caycedo il y a quelques temps est installée depuis maintenant bien longtemps : le stress est monnaie courante pour ne pas dire omniprésent dans nos consultations. Les demandes viennent maintenant de plus en plus des entreprises qui constatent avec amertume l’échec d’un mode de fonctionnement et de management critiqué depuis bien des années…!

Je ne fais pas dans la « version catastrophe » de notre société, pas besoin, la réalité et l’actualité dépassent parfois la fiction. J’assiste tous les jours à des cas de burn-out, des personnes déprimées, pour ne pas dire dépressives qui viennent chercher des outils pour essayer de changer leur perception des choses. Hélas, notre activité est de l’ordre de la prévention, pas de la réparation d’urgence !

Il faudrait faire connaître davantage notre activité, la Sophrologie Caycedienne, qui est un outil fabuleux quand il est bien pratiqué, quand le Sophrologue possède un petit échantillon de positif sur lui, il sait transmettre cet outil. Bon nombre de personnes sont en attente de réponses, d’outils pouvant apporter un « plus » dans leur vie de tous les jours (privée ou professionnelle) ; arrêtons de nous regarder en attendant que cette maladie de masse s’en aille ou s’estompe ! Il existe déjà des solutions qui sont proposées aux particuliers et aux entreprises, mais ces outils sont bien souvent pour un bien-être à court terme… notre outil, la Sophrologie Caycedienne, sans faire de prosélytisme, est un excellent outil (selon le Professeur Caycedo, « une excellente thérapie »…) qui permet de percevoir les choses telles qu’elles sont, sans exagération négative ou positive, mais tout simplement en pleine conscience des choses !

Face à  cela, j’aimerai encore ajouter ici une petite précision concernant les sophrologues masters spécialistes, donc professionnels installés. Dans la revue de la Fondation Alfonso Caycedo, il a été publié récemment un article fort intéressant concernant le code de déontologie qui doit ou plutôt devrait être mieux respecté : non seulement j’approuve à 100% cette publication mais j’accentue le message en tant que fervent défenseur de la Sophrologie Caycedienne qui est parfois malheureusement galvaudée par certains praticiens qui ne se sont toujours pas réactualisés avec les « nouvelles » méthodes VIPHI (depuis 2004, soit six années maintenant) qui, rappelons le, représentent une nouvelle étape importante qualifiée de « tournant » par le Professeur lui-même dans la Méthode Caycedo.

Ma remarque vous semble peut-être dure, mais elle est justifiée car les médecins et professionnels de santé avec lesquels je travaille sont parfois désorientés et perplexes face aux retours des patients qui leur racontent des expériences ésotériques pratiquées dans certains cabinets de Sophrologie alors que la Méthode Isocay n’a absolument rien d’ésotérique, bien au contraire !

Encore une fois, le manque de communication et d’informations concrètes est une lacune qui fait bien défaut à notre Méthode…

Face à  nous, Sophrologues Caycediens professionnels, se trouvent d’autres « sophrologues » non caycediens qui, eux, savent s’organiser et trouver les moyens de communiquer… il est donc grand temps que nous fassions preuve de réalisme avec une grande sophro-stimulation vitale qui devient non seulement urgente mais surtout « vitale » !

Le nom de « Caycedien » ne doit pas devenir synonyme de puriste orthodoxe, ne nous laissons pas parquer comme les Indiens du Nord de l’Amérique, notre Méthode ne doit ni reculer, ni se réduire, encore moins s’éteindre comme le nom de Sioux, Utes ou Kiowas !

Je terminerai ici cet article avec une ouverture positive et sincère en espérant voir et rencontrer de « vrais » Sophrologues Caycediens professionnels à Barcelone au Congrès Mondial de Sophrologie Caycedienne en décembre 2010 qui saura apporter un nouvel élan moderne et concret à la Méthode Isocay, comme le Professeur lui-même nous l’a annoncé.

De notre côté,  à notre petite échelle régionale, à l’Ecole de Sophrologie Caycedienne de l’Artois (ESA), nous faisons notre travail avec passion et respect, non seulement de la Méthode Isocay mais aussi de l’Être Humain dans son entièreté. Transmettre un outil de qualité, dans de bonnes conditions un outil authentique qui nous permet d’avancer toujours un peu plus chaque jour.

Je me pose souvent cette question :   L’homme est-il perfectible ?
La question n’est pas nouvelle. L’idée de perfectibilité de l’homme dans son 
historicité hante la Conscience de l’homme occidental moderne depuis la naissance de la modernité ; pour cela, le temps est un paramètre important à intégrer… le but n’étant pas d’atteindre la perfection, non, mais simplement de devenir peut-être juste un peu « meilleur »… !

Personnellement, je pense que nous sommes tous perfectibles à notre niveau, sans exception, j’y crois sincèrement et j’y travaille chaque jour !

Arnaud HAYAERT

Sophrologue Caycedien – Master Spécialiste

Avril 2010