Archive for avril, 2012

Avril 2012

Mardi, avril 3rd, 2012

« Chaque patient porte en lui-même son propre médecin.

Nous donnons le meilleur de nous-mêmes lorsque nous permettons

au médecin qui réside dans chaque malade de se mettre au travail… »

Albert Schweitzer

A une époque où l’on entend parler de plus en plus de « l’éducation thérapeutique du patient », je souhaite ici revenir sur une autre forme d’éducation, dans le sens étymologique du terme, à savoir celle qui vise à intégrer les règles de vie sociale et à transmettre une certaine forme de savoir, via les droits et devoirs réciproques patient – thérapeute.

 

Je parlais il y a quelques mois dans une de mes publications des Valeurs de l’être humain, faisant allusion à la déclaration de Recife du Professeur Alfonso Caycedo au Brésil le 25 Août 1977 qui évoque la « maladie de Masse ». Notre société cultive en effet certaines antivaleurs et c’est un véritable constat affligeant de chaque jour.

 

Il y a de plus en plus une demande voire une exigence ambiante concernant les « droits » de chacun : les droits du citoyen, les droits des élèves, celui des parents, des professeurs, des salariés, etc. Le mot « droit » a pris une place tellement forte qu’il vient parfois occulter le mot « devoir » ! Or, le droit existe à travers le devoir, c’est un principe d’échange basé sur un équilibre fragile et subtil. C’est cette fragilité mise à mal qui commence à peser de plus en plus au quotidien. Beaucoup de mes patients m’en parlent…eh oui, le monde change, et pas toujours en bien !

 

Au quotidien, dans un cabinet libéral, le praticien doit pouvoir accueillir dans son cabinet le patient dans de bonnes conditions, il a certaines obligations, également au niveau affichage.

Si l’on consulte le dictionnaire, une salle d’attente est une salle mise à disposition d’usagers pour leur permettre d’attendre le moment où ils seront servis. Les salles d’attentes peuvent exister par exemple : chez le médecin, le dentiste, le notaire, l’avocat, le sophrologue, etc. ; également dans une gare ou un aéroport. Cet espace peut comporter divers équipements comme des sièges, une table basse sur laquelle sont disposée des magazines et journaux permettant aux usagers de s’adonner à la lecture durant leur temps d’attente, tandis que des coffres à jouets sont également mis à la disposition des enfants. Une musique d’ambiance peut aussi être diffusée dans la pièce.

Cette définition pourrait faire rire plus d’un si on la comparait avec la réalité qui est souvent assez loin de cette dite définition ! Je me souviens étant enfant être allé souvent chez le médecin en compagnie de maman qui parlait tout bas en salle d’attente comme dans un édifice religieux, un grand respect des revues qu’il ne fallait surtout pas abimer comme dans une bibliothèque, ne pas faire trop de bruits avec la chaise, etc. A vrai dire, je n’aimais pas trop cette « salle d’attente » car je n’avais le droit de rien, ni parler trop fort, ni manger, ni jouer, bref, lire était la seule chose possible en attendant mon « bourreau » ! Ce n’est que plus tard que j’ai compris le calme nécessaire des lieux. Quand je vois maintenant les incivilités dans les salles d’attente, je me demande ce qu’il s’est passé en quelques vingt années… La marge est grande entre le temps que j’ai connu et le constat de la réalité actuelle, eh oui, je vieillis !

J’ai la joie et l’immense privilège de partager aujourd’hui ma salle d’attente avec d’autres professionnels de santé, une orthophoniste et une psychologue. La propreté est une chose naturelle quand on accueille du public. Ce « détail » n’est pourtant pas réciproque de la part du patient envers les locaux. Chaque soir ou presque, je constate des revues arrachées ou disparues, des miettes de « goûter » un peu partout, les papiers ou emballages vides des fameux « goûters », des chewing-gums dans les plantes et/ou sous les chaises, et je vous épargnerais mes découvertes dans les toilettes !…

 

Le téléphone portable est très belle invention, je suis le premier à en vanter les mérites car c’est un outil de travail très précieux. Cela dit, son utilisation dans un tel endroit, je parle toujours de la salle d’attente, reste gênant pour les praticiens et leurs patients… Cela n’a l’air de rien mais c’est au quotidien que l’on vit tout cela… et fort heureusement je pratique de la sophrologie… mais je ne veux pas laisser passer tout cela comme fatalité ou ordinaire difficile à gérer car « les temps changent » ! Non, les temps ne changent pas à ce point, les sonneries de téléphone seront toujours une nuisance sonore, tout comme les hurlements et cris des enfants turbulents que les parents ne regardent même pas ! Les Valeurs…où sont-elles ??

Face à cela, rien d’étonnant de trouver des affichettes dans nos salles d’attente telles que celle-ci :

De manière générale, merci de respecter, dans la salle d’attente, quelques principes élémentaires, pour la tranquillité et le confort de tous:

Cette salle d’attente est VOTRE local, vous y passez parfois de longs moments. Il y va de votre intérêt de la garder propre et accueillante.
*
1/ La salle d’attente n’est ni une salle de jeux, ni une salle à manger.
*
2/ Merci aux parents de faire respecter, par leurs enfants, mobilier, papier peint, revues mises à disposition, ainsi que les documents ou flyers d’informations. 
Ils seront tenus responsables des dégâts éventuels occasionnés: dégradations volontaires, chewing-gums collés sur ou sous les chaises, crayonnages sur les murs…
*
3/ Depuis de nombreuses années, il n’est plus permis de fumer dans la salle d’attente.
*
4/ Sans cesse dérangé par le téléphone pendant la consultation, je vous demande de couper votre téléphone portable en entrant dans mon cabinet.

*******************

Merci de votre compréhension