Archive for mai, 2014

Mai 2014

Mardi, mai 20th, 2014

La vie vaut la peine d’être vécue !

Travaux de traduction Psychologie Heute, Catherine Monpays.

 

 

Ces dernières années, des chercheurs de l’Université de Southampton et ailleurs ont identifié des effets positifs de la nostalgie. Voici une sélection de leurs résultats :

-          Humeur : Des étudiants britanniques qui notaient une expérience nostalgique, étaient ensuite plus d’humeur positive qu’un groupe de contrôle qui avait couché sur le papier des événements neutres. La nostalgie selon le résumé des chercheurs, agit comme un stock de hauts sentiments duquel on peut vivre dans des temps de solitude ou d’ennui.

-          Conscience de sa propre valeur : La nostalgie relance la conscience de la propre valeur : ainsi l’estime de soi se situait par tendance plus élevée dans le groupe de la nostalgie dans l’étude britannique mentionnée que dans le groupe de contrôle. Pourquoi ? Manifestement on peut se voir plus facilement sous une bonne lumière dans une humeur nostalgique. Dans une expérience aux Etats-Unis, un groupe pensait à un moment nostalgique dans le passé pendant que l’autre réfléchissait sur un futur événement positif. Ceux qui repensaient avec plein de nostalgie, avaient un meilleur accès à des auto-attributs positifs et réagissaient à la critique en étant moins sur la défensive que les personnes tournées vers l’avenir.

-          La recherche du sens : Des pensées nostalgiques font apparaître la vie plus importante. Dans une étude avec des étudiants américains, des participants pouvaient retirer par nature plus de sens à leur vie que des contemporains concrets. L’effet apparaît également quand on produit des sentiments nostalgiques artificiellement. Dans une étude on-line, des cobayes néerlandais écoutaient leur chanson préférée ; plus ils réagissaient de manière nostalgique à une chanson, plus elle leur donnait le sentiment que leur vie valait la peine d’être vécue. L’effet donnant du sens, aide particulièrement à gérer des questions existentielles. Qui a tendance à la nostalgie, pense moins à sa propre mort, et s’il y pense, la finitude de la vie lui semble moins absurde. Les scientifiques l’ont également prouvé.

-          La vie sociale : La nostalgie a, de façon variée, des répercutions positives sur les relations avec d’autres personnes comme une série d’études le prouve. Des couples qui plongeaient ensemble dans des souvenirs nostalgiques, se sentaient plus fortement unis que des partenaires qui parlaient d’événements neutres. Des jeunes chinois, dans une humeur nostalgique, se montraient plus prêts à des dons que des camarades du même âge dans une humeur neutre. Des étudiants britanniques qui pensaient à une expérience nostalgique avec une personne dépressive ou schizophrène, montraient ensuite une conception dans l’ensemble plus positive envers des malades mentaux. Une étude sur des personnes en surpoids confirme que la nostalgie réduit des préjugés et des stigmatisations.

-          Le bien-être corporel : Qui plonge dans des souvenirs nostalgiques, augmente sa température corporelle. Des étudiants des universités aux Pays-Bas et en Chine qui étaient à un moment dans une pièce froide, estimaient la température de la pièce plus élevée quand ils pensaient à un événement nostalgique. Dans une humeur nostalgique, ils pouvaient garder leurs mains de plus en plus longtemps dans l’eau froide que dans une humeur neutre. La relation est valable également autrement : le froid entraîne à la nostalgie. Des cobayes qui étaient assis dans une pièce tempérée à 20° étaient plus nostalgiques que des participants dans des pièces chaudes de 24 et 28°.