Archive for octobre, 2014

Octobre 2014

Mardi, octobre 28th, 2014

Comment apprenons-nous de nos expériences ?

Comment le cerveau fait-il pour apprendre et se souvenir ?

Il existe deux formes distinctes d’apprentissage et de mémoire. On peut les distinguer selon qu’elles ont trait à une mémoire implicite ou à une mémoire explicite. Les circuits neuronaux impliqués dans chacune de ces deux formes de mémoire sont très clairement différents : le système concernant la mémoire explicite implique des structures médiotemporales. Par contre, le système concernant la mémoire implicite comporte les ganglions de la base. Il existe une multitude de sous-systèmes dans les systèmes de mémoire explicite et implicite, et chacun de ces sous-système contrôle différentes formes de mémoire. Un troisième type de mémoire est la mémoire émotionnelle qui partage des caractéristiques avec la mémoire implicite et la mémoire explicite. Les circuits nerveux de la mémoire émotionnelle sont organisés autour de l’amygdale.

Quelles sont les modifications qui ont lieu dans le cerveau en réponse à une expérience ?

Le cerveau a la capacité de changer sa structure, et on pense que ce type de changement sous-tend les modifications fonctionnelles. Le cerveau s e modifie de deux manières. Tout d’abord, les changements peuvent se produire au niveau de circuits existants. Deuxièmement, les changements peuvent résulter de la formation de nouveaux circuits, soit pas la mise en place de nouvelles connexions entre neurones existants, soit par la fabrication de nouveaux neurones.

Quels sont les facteurs qui stimulent la plasticité dans le cerveau ?

Le facteur central de la plasticité cérébrale est l’activité. Du fait de l’activité, des synapses se forment et se modifient. L’activité neuronale peut être le fruit d’une expérience générale, d’une expérience particulière, ou encore d’une stimulation électrique ou chimique du cerveau. La stimulation chimique va d’une implication des hormones jusqu’à l’implication de composés psychoactifs, en passant par celle de facteurs neurotrophiques. La plus grande partie du cerveau présente une plasticité en réponse à l’expérience. Des expériences dont la nature est différente produisent des modifications dans différents systèmes de neurones.

Comment la plasticité cérébrale peut-elle stimuler la récupération après atteinte cérébrale ?

A la suite d’une lésion, il existe des modifications relevant de la plasticité cérébrale qui ressemblent à celles qui se produisent lorsque le cerveau intact se modifie sous l’effet de l’expérience. Toutefois, des modifications en rapport avec la récupération ne se produisent pas toujours spontanément. Elles doivent être stimulées soit par un entrainement comportemental, soit par les effets stimulants de drogues psychoactives ou de facteurs neurotrophiques. Le facteur crucial dans la stimulation de la récupération après lésion cérébrale consiste à provoquer une augmentation de la plasticité qui sous-tend la récupération.