Archive for décembre, 2014

Décembre 2014

Dimanche, décembre 28th, 2014

Le centre de retraitement de l’air

 

Un à droite, l’autre à gauche du cœur, les poumons sont localisés dans la cage thoracique. Organes vitaux, ils font entrer l’air à l’intérieur du corps pour assurer les échanges gazeux (oxygène et gaz carbonique) avec le système circulatoire. Une tâche nécessitant qu’ils se gonflent 12 à 16 fois en moyenne par minute.

 

Trachée : Tube médian, renforcé par des anneaux cartilagineux conduisant l’air respiré du larynx vers les bronches.

Bronches : l’air est conduit dans chaque poumon par une bronche souche qui provient de la division de la trachée. Chaque bronche se subdivise de nombreuses fois pour donner des bronchioles respiratoires qui aboutissent aux alvéoles pulmonaires, lieu des échanges gazeux.

Poumon droit : il est divisé en trois lobes séparés par des scissures. Chaque lobe pulmonaire est lui-même fractionné en plusieurs segments.

Poumon gauche : Plus petit que le droit en raison de la présence du cœur, il est divisé en deux lobes séparés par des scissures, et fractionnés en plusieurs segments.

La plèvre : La plèvre est une membrane thoracique très mince mais d’une grande solidité composée de deux couches ou feuillets séparés par un espace vide, la cavité pleurale. Les deux feuillets peuvent ainsi se déplacer facilement l’un sur l’autre.

 

 

Structure des poumons

Localisation

 

Les poumons sont des organes de couleur rosée. De consistance spongieuse, ils se situent dans la cage thoracique qu’ils occupent pratiquement dans sa totalité.

En forme de pyramide, ils reposent sur le diaphragme (muscle principal de la respiration qui sépare les cavités thoracique et abdominale ; ils entrent en contact, par leur face externe, avec les côtes. Entre les deux poumons se trouve une cavité, le médiastin, qui contient le cœur. Du fait de la présence de celui-ci, le poumon gauche a moins de place : il est plus petit et moins lourd (550 à 600 g contre 650 à 700 g pour le poumon droit).

 

Chaque poumon est entouré par la plèvre, fine membrane qui tapisse la paroi interne de la cavité thoracique et l’extérieur des poumons. Elle est formée de deux feuillets : le feuillet viscéral qui adhère aux poumons, le feuillet pariétal qui adhère à la paroi de la cavité. Grâce à cette plèvre, le poumon est uni à la cage thoracique. Au centre de la face interne de chaque poumon se trouve le hile, lieu d’insertion des bronches, des artères, des veines.

 

Les lobes des poumons

Les poumons sont creusés par des sillons ou scissures qui délimitent les lobes. Le poumon le plus gros présente deux scissures, donc trois lobes ; le plus petit (le gauche) n’a qu’une scissure : il comporte deux lobes. Chacun de ces lobes est divisé en segments pulmonaires.

 

 

Rôle des alvéoles pulmonaires

La fonction du système respiratoire est de faire parvenir l’oxygène de l’air ambiant jusqu’aux alvéoles pulmonaires, et d’expulser le dioxyde de carbone à l’extérieur. Les mouvements de l’air dans les voies respiratoires sont assurés par la ventilation pulmonaire. L’échange d’oxygène et de dioxyde de carbone, entre le sang veineux et l’air atmosphérique, s’effectue dans les alvéoles pulmonaires.

Ces petits sacs à paroi très fine qui terminent les voies respiratoires sont le lieu des échanges gazeux avec le réseau capillaire. Cet échange se produit par diffusion passive (l’oxygène inspiré passe de l’alvéole vers l’artériole ; le gaz carbonique, extrait du sang de la veilule, passe dans l’alvéole pour être expiré). Les cellules de la paroi alvéolaire secrètent une substance, le surfactant, qui permet une distension plus facile des poumons et qui joue un rôle dans la prévention des infections pulmonaires.

 

 

Quelques chiffres

 

-         La surface totale des parois alvéolaires est estimée à 75 m².

-         Sachant qu’une alvéole pulmonaire mesure environ 0.3 mm de diamètre et qu’il existe 300 millions d’alvéoles, la surface de contact entre l’air inspiré et le sang des capillaires est d’à peu près 100 mètres carrés.

 

Les effets du tabac sur les poumons

 

Parmi les nombreuses substances toxiques produites par la cigarette, les goudrons, ne sont pas les moindres. Ils se déposent dans tout l’appareil respiratoire (à la manière d’une route que l’on goudronne), recouvrent progressivement les alvéoles pulmonaires et empêchent les échanges gazeux de s’effectuer. De plus, les poumons du fumeur ont tendance à se recroqueviller pour « échapper » à l’intoxication.

 

 

 

 

Principales maladies affectant les poumons

-  La bronchite obstructive chronique (BPCO), généralement due au tabagisme, regroupe l’emphysème et la bronchite chronique présentant les mêmes symptômes : essoufflement, toux persistante, respiration sifflante, excès de sécrétions dans les voies respiratoires.

-  La tuberculose, due au bacille de Koch, est caractérisée par une toux permanente avec crachats de sang et fièvre.

-   La grippe, infection virale, provoque une forte fièvre et une grande fatigue.

-   L’asthme

Cette maladie respiratoire, caractérisée par une difficulté à respirer (toux sèche, respiration sifflante et bruyante), est une réponse inadaptée des voies aériennes aux stimuli (allergènes, fumées). La crise d’asthme se manifeste par une réaction inflammatoire suivie de la contraction des muscles de la paroi des bronches. L’effet est un rétrécissement des voies aériennes.

Pour toute demande de sevrage tabagique, vous pouvez consulter la page AURICULOREFLEXOLOGIE