Archive for janvier, 2015

Janvier 2015

Jeudi, janvier 1st, 2015

Quelles sont les origines du cerveau et du comportement ?

 

 

Qu’est-ce que le cerveau et qu’est-ce que le comportement ?

Le comportement peut être défini comme n’importe quel type de mouvement de la part d’un organisme vivant. En tant que tel, un comportement a tout à la fois une cause et une fonction. La flexibilité et la complexité des comportements varient énormément d’une espère à l’autre, et le comportement humain est hautement flexible et complexe. Localisé dans le crâne, le cerveau est l’organe qui exerce un contrôle sur le comportement. Le cerveau semble avoir besoin d’informations sensorielles et d’une activité motrice continuelles pour conserver son niveau de fonctionnement intelligent.

Comment le système nerveux est-il structuré ?

Le système nerveux se compose du système nerveux central, qui comporte le cerveau et la moelle épinière, et le système nerveux périphérique, par lequel le cerveau et la moelle épinière peuvent communiquer avec les récepteurs sensoriels et les muscles. Le cerveau et la moelle épinière ne communiquent pas seulement avec les muscles squelettiques qui assurent les mouvements du corps, mais aussi avec de nombreux organes internes du corps. Les voies nerveuses qui participent à la régulation des fonctions corporelles internes, dont les réponses émotionnelles, sont collectivement appelées le système nerveux autonome.

Comment, à travers notre histoire, la relation entre le cerveau et le comportement a-t-elle été considérée ?

Aristote pensait que le cerveau ne jouait aucun rôle dans le comportement, et que le comportement était le produit d’une entité matérielle appelée psyché ou esprit. Descartes modifia cette théorie, proposant que seul le comportement rationnel est produit par l’esprit (l’âme), tandis que d’autres comportements sont produits mécaniquement par le cerveau. Finalement, la proposition de Darwin qui pensait que tous les êtres vivants descendaient d’un ancêtre commun déboucha sur la conclusion qui posait que la source de tout comportement était le cerveau.

Comment se développèrent les cellules nerveuses et le cerveau ?

Les cellules nerveuses et le système nerveux se développèrent sur plusieurs millions d’années chez les animaux. Les différentes étapes de l’évolution du cerveau peuvent être retracées en partant des différents groupes d’animaux. C’est dans le règne animal que se développa le système nerveux, et c’est au cours du processus de phylogénèse des vertébrés qu’apparurent le cerveau et la moelle épinière. Les mammifères sont une classe de vertébrés avec un cerveau particulièrement développé.

Quels étaient les ancêtres des êtres humains modernes ?

L’un de nos ancêtre hominidés était probablement Australopithecus ou un primate lui ayant beaucoup  ressemblé et ayant vécu en Afrique il y a plusieurs millions d’années. Il est vraisemblable que des espèces ressemblant davantage à l’homme moderne se développèrent à partir des australopithèques. Parmi ces espères, on comte Homo habilis et Homo erectus. Les êtres humains modernes ne sont apparus en Asie et au Nord de l’Afrique qu’il y a environ 200 000 à 100 000 ans.

Comment le cerveau humain évolua-t-il ?

Le cerveau humain se développa au cours de la succession des espèces d’hominidés qui furent les ancêtres des êtres humains modernes. Depuis Australopithecus, le cerveau a triplé en taille. Cette évolution fut stimulée par la sélection naturelle de patterns comportementaux de complexité croissante. Elle fut rendue possible par des modifications dans la circulation sanguine cérébrale qui permirent à un cerveau plus volumineux d’être refroidi correctement.

Que convient-il de retenir d’important lorsqu’on étudie le cerveau et le comportement de l’homme aujourd’hui ?

Il est capital de prendre conscience du fait que les principes issus de l’étude de l’évolution du cerveau et du comportement peuvent ne pas s’appliquer à l’étude du cerveau et du comportement au sein d’une même espère, telle qu’Homo sapiens. Avec l’évolution des animaux, des comportements plus complexes furent associés à un cerveau plus volumineux. Pourtant, au sein de notre propre espèce, les personnes les plus intelligentes et les plus douées ne sont pas nécessairement celles qui ont le plus gros cerveau. Dans l’étude de l’homme d’aujourd’hui, il convient aussi de prendre en considération à quel point notre comportement n’es pas inhérent à nos différents systèmes nerveux, mais s’avère plutôt un reflet de notre acculturation.