Archive for février, 2015

Février 2015

Dimanche, février 1st, 2015

Tourcoing accueille le plus gros centre de sophrologie en France

Cabinet Unisophro Tourcoing

Article La Voix du Nord / Nord Eclair  de ISABELLE DUPONT

Arnaud Hayaert a créé le plus gros centre de sophrologie de France : Unisophro, qui réunit jusqu’à huit sophrologues, et vient de lancer la première application de sophrologie pour smartphone.

 

Sans un burn out et d’importants problèmes de santé consécutifs, Arnaud Hayaert ne serait peut-être jamais devenu sophrologue.

Il a 26 ans quand il décide de tout plaquer, au plan personnel comme au professionnel. «J’ai décroché mon téléphone et j’ai tout fait en une journée », raconte-t-il. Jusque-là, il avait travaillé dix-neuf heures par jour pour sa boîte d’informatique. Jusqu’à ce que son corps lui dise stop. Bilan : six jours de coma et six mois de fauteuil roulant. « Quand j’ai tout arrêté, jeme suis trouvé face à un vide sidéral. Et je me suis souvenu que mon ex-femme m’avait déjà parlé de sophrologie. Je ne savais tellement pas de quoi il s’agissait ; j’avais d’abord entendu « souffrologie », s’amuse-t-il aujourd’hui.

Il prend alors rendez-vous chez un sophrologue. La première séance ne le convainc pas vraiment, mais il s’entête. À la deuxième, il ne parvient pas à verbaliser ce qu’il ressent. « À la troisième, j’ai vraiment accroché. Je venais de prendre conscience que j’avais un corps. » Durant un an et demi, deux fois par semaine, il se rend chez ce sophrologue. « Le praticien fait en même temps que le patient. Il fermait les yeux et quand il les rouvrait, je le voyais aller super bien. Là, je me suis dit : Et si c’était le plus beau métier du monde ? » Second déclic, alors, Arnaud Hayaert décide qu’il sera sophrologue. Et s’inscrit dès la semaine suivante à l’école de sophrologie de Lille, qui dispense un enseignement en sophrologie caycédienne (lire ci-dessous). Parallèlement, il valide une formation à la Fondation mondiale de sophrologie caycédienne, en Andorre, où il est formé par Alfonso Caycedo lui-même.

Débordé de demandes

C’est en 2006 qu’il ouvre son premier cabinet à Tourcoing, rue de Paris. Il est très vite débordé de demandes : directeurs de ressources humaines, chefs d’entreprise, salariés… «Et la crise n’était pas encore passée par là. Depuis 2010-2011, le nombre de personnes en burn out a monté en flèche. Et puis il y a aussi le fait que l’on parle de plus en plus de la sophro, aujourd’hui », remarque-t-il. Il décide alors de faire appel à des confrères, trois à huit selon les interventions, et ouvre le centre Unisophrologie, il y a trois ans. Aujourd’hui, son carnet de rendez-vous est booké à deux mois. En 2013, il décide d’ouvrir son école à Tourcoing. « Mais à l’époque, j’avais vraiment trop de travail. Il était hors de question pour moi de reprendre le rythme qui m’avait conduit à un burn out il y a quinze ans. » Il met donc son école en sommeil, étoffe sa coopération avec d’autres sophrologues et compte bien redonner des cours cette année, « sans doute en octobre ».

Unisophro, 31-33, avenue Dron, tél. : 0619563222. Tarifs : 40 à 60 € la séance.www.unisophro-tourcoing.com (sophrocay.com)