Archive for août, 2015

Août 2015

Dimanche, août 2nd, 2015

Les substances pharmacologiques

(drogues) et les hormones

_________

Lors des dernières supervisions avant les vacances d’été, quelques sophrologues (que je salue ici, ils se reconnaîtront…) m’ont posé quasiment les mêmes questions concernant le cerveau et la dépendance. Je voulais partager ici quelques questions/réponses.

_________

Comment les drogues pénètrent-elles dans l’organisme, atteignent-elles leur cible et sont-elles éliminées de l’organisme ?

Les drogues, qui sont des composés chimiques consommés pour provoquer des modifications recherchées sur les fonctions physiologiques de l’organisme, peuvent être administrées de plusieurs manières. Elles peuvent être avalées, inhalées ou injectées, et ce ne sont là que des exemples. Pour atteindre une cible localisée dans le système nerveux central, une drogue doit pouvoir traverser une série de barrières parmi lesquelles on compte celles constituées par le système digestif, les capillaires du système circulatoire, la barrière hémato-encéphalique et la membrane cellulaire. Les drogues font l’objet d’une dilution dans les fluides de l’organisme au fur et à mesure qu’elles traversent ces barrières successives avant d’atteindre leurs cellules cibles. Les drogues produisent leurs effets en agissant sur des récepteurs ou des processus chimiques ayant lieu dans le système nerveux, particulièrement sur les processus qui ont lieu à l’échelle de la synapse (libération – dégradation – recapture). Elles agissent tantôt en agonistes pour stimuler les neurones, tantôt en antagonistes pour réduire leur niveau d’activité. Les drogues sont métabolisées dans l’organisme et éliminées par l’intermédiaire des fèces, de l’urine, des glandes sudoripares et de la respiration.

__________

 

Comment les sujets répondent-ils aux drogues ?

Une drogue n’a pas une action qui soit strictement comparable d’une personne à une autre. De nombreuses différences d’ordre physique, dont la masse corporelle, le sexe, l’âge, et le patrimoine génétique ont un impact sur l’effet des différentes drogues.

Comment les drogues sont-elles classées ?

Les drogues psycho-actives se répartissent en sept groupes de substances selon leur effet comportemental majeur :

-         Les agents sédatifs, hypnotiques et anxiolytiques

-         Les agents antipsychotiques

-         Les antidépresseurs

-         Les stabilisateurs d’humeur

-         Les narcotiques analgésiques

-         Les stimulants psychomoteurs

-         Les stimulants ayant des effets psychédéliques et hallucinogènes

Chaque groupe de drogues contient de nombreuses substances naturelles ou composés synthétiques, ou même les deux, et ces drogues peuvent produire leurs effets de différentes façons.

__________

Comment l’usage répété de drogues ou encore leur usage dans des contextes différents affecte-t-il le comportement ?

Une idée fausse que l’on trouve communément au sujet de l’effet des drogues consiste à leur prêter un effet constant et relativement spécifique. L’organisme comme le cerveau deviennent rapidement tolérants à de nombreuses drogues, et la dose doit donc être augmentée pour garantir la constance d’un effet. Alternativement, les gens peuvent aussi se sensibiliser à une drogue, et la même dose peut par conséquent produire des effets progressivement plus forts. L’apprentissage joue également un rôle important dans la manière dont les gens se comportent sous l’effet d’une drogue.

__________

Pourquoi les gens deviennent-ils dépendants d’une drogue ?

La dépendance se développe en passant par plusieurs étapes et résulte de l’usage répétitif d’une drogue. Au départ, le fait de prendre une drogue procure du plaisir ou un sentiment plaisant. Avec la répétition des prises, le fait de prendre une drogue est peu à peu associé, par l’intermédiaire d’un processus de conditionnement associatif, à des objets, des évènements, des endroits. En réalité, ces différents éléments acquièrent une valence incitative, ce qui provoque de la part du « drogué » une conduite de recherche de ces éléments et même invariablement à une consommation accrue de drogue. C’est en fait l’expérience subjective associée à ces signes proéminents et à la recherche de drogue qui est à la base du besoin de drogue. Au fur et à mesure que la dépendance s’installe, l’expérience subjective du plaisir décroît tandis que s’installe celle du manque.

__________

Les effets d’une drogue dépendent-ils de la situation dans laquelle la drogue est prise ?

L’influence d’une drogue sur le comportement varie fortement selon la situation et en fonction de ce que la personne apprend à produire comme comportements en rapport avec la drogue ou sous l’influence de cette dernière. Certaines drogues telles que l’alcool peuvent induire une sorte de myopie alcoolique dans laquelle le comportement d’une personne sera principalement influencé par les signes les plus proéminents de son environnement. Ces signes peuvent inciter une personne à se conduire d’une façon qui ne lui ressemble en rien.

__________

L’usage répété de drogues peut-il induire des dommages cérébraux ?

La consommation d’alcool peut être associée avec des lésions thalamiques et hypothalamiques, mais les causes de ces lésions ont un rapport avec une mauvaise hygiène alimentaire plutôt qu’avec un effet direct de l’alcool. La cocaïne peut avoir un effet nocif sur la circulation cérébrale, induisant des lésions cérébrales liées à une mauvaise perfusion du tissu ou à des hémorragies. L’ecstasie ou MDMA, peut détruire de fines collatérales d’axones sérotoninergiques. La marijuana et le LSD sont associés à des comportements psychotiques, mais il n’est pas étable clairement dans quelle mesure ce type de comportement est une conséquence directe de la consommation de ces substances plutôt qu’une aggravation d’un état préexistant.

__________

Que sont les hormones ?

Les hormones sont des substances synthétisés et libérées dans l’organisme par des glandes. Elles sont transportées par le sang jusqu’à leurs cibles qui peuvent être nombreuses et variées.

Les hormones homéostatiques régulent l’équilibre des sucres, des protéines, des sels et d’autres substances de l’organisme.

 Les hormones de la reproduction interviennent dans le développement des caractères sexuels secondaires (aspect physique lié au sexe), dans les comportements associés à la reproduction et le soin apporté aux petits.

 Les hormones du stress régulent la capacité de l’organisme à faire face à des situations d’activation de l’éveil ou d’adversité.

 Les hormones sont placées sous le contrôle hiérarchisé d’événements sensoriels, du cerveau, de l’hypophyse et des glandes endocrines qui tous les quatre interagissent pour réguler els niveaux des différents types de fonctionnement hormonal.

__________