Archive for octobre, 2015

Octobre 2015

Mardi, octobre 13th, 2015

Quelles sont les causes du comportement ?

 

Dans la série de questions qui me sont posées en séance de supervision, voici un petit résumé pour faire suite à toutes les questions que j’ai pu recevoir sur ces mêmes thèmes/sujets.

 

1)    Par quoi les types de comportements réalisés à tout moment par les animaux sont-ils contrôlés ?

Les animaux produisent un comportement pour de multiples raisons qui touchent au besoin, pour le cerveau, de faire l’objet d’une stimulation sensorielle, qui sont liées à l’activité des cellules dopaminergiques du tronc cérébral, ou qui passent par l’activité des systèmes cibles des hormones. C’est au niveau du tronc cérébral que sont organisés les circuits nerveux contrôlant les comportements spécifiques de l’espèce, comme par exemple la capture et la mise à mort des souris par les chats. Le fait que l’activité de ces circuits donne lieu à un phénomène de renforcement (ou récompense) procure un avantage lors de l’évolution : si les animaux ne s’étaient pas engagé dans ces comportement, leurs espèces seraient sûrement éteintes.

Le comportement est aussi contrôlé par ses conséquences. Celle-ci peuvent affecter l’évolution des espèces ou ; à l’échelle individuelle, le comportement d’un seul animal. Les comportements sélectionnés par l’évolution sont souvent déclenchés par des mécanismes de libération innée. Les comportements qui sont sélectionnés uniquement chez un animal particulier sont façonnés et développés par l’environnement de cet animal et sont donc appris.

 

2)    Qu’est-ce que la motivation ?

Il s’agit d’un raccourci désignant la cause de ce qui, chez les animaux, semble constituer un comportement prémédité. Il existe deux types différents de comportements motivés : les comportements régulés et ceux qui ne le sont pas.

Les comportements régulés (comportements homéostatiques) : ont pour but de maintenir l’équilibre dans un système corporel particulier par rapport à un point de consigne ; la température corporelle en est un bon exemple.

Les comportements non régulés : sont ceux qui ne sont pas contrôlés par un mécanisme d’homéostasie et qui ne sont pas des réflexes.

 

3)    Quelles sont les principales structures nerveuses impliquées dans un comportement motivé ?

Les principales structures nerveuses intervenant dans la production de comportements motivés sont l’hypothalamus, l’hypophyse, l’amygdale, le lobe frontal, ainsi que les projections ascendantes des neurones dopaminergiques et noradrenergiques localisés dans la partie inférieure du tronc cérébral.

4)    Quelle est la différence entre le contrôle nerveux des comportements régulés et celui des comportements non régulés ?

La prise alimentaire est un exemple de comportement régulé, contrôlé par le système digestif, les systèmes hormonaux, l’hypothalamus, ainsi que par des facteur cognitifs qui, eux, sont vraisemblablement placés sous le contrôle du cortex cérébral. L’activité sexuelle est un exemple de comportement non régule. Le comportement de copulation est contrôlé par l’hypothalamus (l’hypothalamus ventromédian chez les individus de sexe féminin et l’aire préoptique chez les individus de sexe masculin). La motivation du comportement sexuel est contrôlée par l’amygdale.

 

5)    Qu’est-ce qu’une émotion et comment est-elle produite par le cerveau ?

L’émotion est un ressenti très fréquent mais difficile à définir. Elle est attribuée à un état mental dépendant du cerveau pour rendre compte des réactions corporelles aux différents événements sensoriels. L’hypothalamus, l’amygdale et le cortex préfrontal sont les structures clés impliquées dans l’émotion. Un dysfonctionnement de ces structures conduit à une variété de troubles, parmi lesquels la dépression et les troubles de l’anxiété.

 

 

6)    Pourquoi trouvons-nous un effet renforçant à certaines expériences ?

La survie dépend d’une maximisation du contact avec certains stimuli environnementaux et d’une minimisation du contact avec d’autres stimuli. Un mécanisme permettant le contrôle de ce contact différentiel est appelé récompense (ou renforcement). Ce mécanisme se caractérise par deux aspects indépendants qui sont le besoin et le penchant (ou  plaisir éprouvé), alors que le composant du penchant serait plutôt contrôlé par les systèmes sensibles aux opiacés et aux benzodiazépines.