Archive for décembre, 2015

Décembre 2015

Dimanche, décembre 13th, 2015

Le monde appartient aux curieux

(Six raisons d’entretenir son propre besoin de connaissances)

 

« Je n’ai pas de don particulier, je suis seulement d’une curiosité passionnée. » écrivait Albert Einstein à son biographe Carl Seelig. Peut-être que le prix Nobel de physique a caché ainsi beaucoup trop par modestie. Mais fondamentalement, des psychologues et des neuroscientifiques ont repéré une série de domaines de la vie où cette qualité est un avantage guère estimé.

 

*

Des conversations intensives sont pour des personnes curieuses la règle, mais il y a des exceptions. Ils se dirigent ouvertement vers d’autres et commencent une conversation sans effort. Le psychologue américain Todd Kashdan a observé : le besoin de savoir favorise des rencontres spontanées. Que ce soit en taxi, en train ou en soirée, ces personnes organisent un « small talk » pour eux et leur interlocuteur de façon plus intéresante et plus agréable, a trouvé Kashdan. Elles posent par exemple des questions moins superficielles, mais ne fouillent néanmoins pas dans la sphère privée de l’autre. Cette combinaison de l’attention et du respect produit une proximité et une franchise qui ne se dissipe pas tout simplement après la conversation. Même les personnes fermées profitent du dialogue avec un interlocuteur honnêtement intéressé. Ils se sentent perçus et compris.

*

Pour le bonheur, il faut de la curiosité : les psychologues Christopher Peterson et Martin Seligman pensent que cette qualité contribue à une vie remplie et heureuse. Todd Kashdan recommande même de se concentrer plutôt sur la protection et le soin de sa propre curiosité que de courir obstinément derrière le grand bonheur. Le chercheur se réfère à des sondages et études américains et européens selon lesquels des personnes extrêmement curieuses vivent une satisfaction de vie plus élevée et en même temps plus durable que d’autres. Et pourquoi un esprit affamé de connaissances cause-t-il un sentiment de bonheur constant et durable ?  Peut-être de telles personnes se penchent particulièrement sur leur environnement de façon intensive et se sentent liées par la suite à cet environnement – ce qui augmente leur bien-être.

*

La curiosité réveille la motivation de l’apprentissage et aide à la maintenir, a observé Sophie von Stumm du Goldsmiths College de l’Université de Londres. La psychologue a évalué avec des collègues pour une méta-analyse 200 études sur le sujet. Les études comprenaient environ 50.000 volontaires. Le résultat : qui est curieux, apprend mieux car la soif de connaissances veille en autres à ce que l’on soit plus attentif à la chose. Et même, qui est distrait, retourne plus vite et plus facilement à une fonction qu’il est curieux de connaître. La faim de savoir est un moteur pour l’apprentissage et pour l’accumulation des connaissances, von Stumm fait le bilan. Matthias Gruber de l’Université de Californie, montrait dans une autre tentative : si des personnes sont curieuses et intéressées, le cerveau est particulièrement réceptif. Il sauvegarde même de nouvelles informations qui ne sont pas du tout importantes pour la tâche actuelle. Le travail de Gruber pourrait aider à comprendre pourquoi des personnes curieuses de savoir enregistrent fondamentalement plus d’informations que d’autres – peu importe si elles écoutent une conférence ou flânent en ville.

*

Déjà dans l’enfance, la curiosité stimule le développement intellectuel comme Paul Silvia de l’université de la Caroline du Nord à Greensboro a observé dans des études à long terme. Peut-être cela tient-il au fait que des enfants curieux et favorisés dans leur curiosité apprennent plus et réfléchissent plus sur les choses apprises que leurs camarades du même âge, suppose le psychologue. Ainsi ils renforcent leur capacité analytique, remettent des choses en question et appliquent un nouveau savoir sur l’ancien. Ces capacités se reflètent à long terme dans les tests de QI. Silvia dit : « nous observons dans la curiosité et l’intelligence une relation d’échanges : la curiosité favorise l’intelligence, l’intelligence favorise la curiosité. »

*

On reste jeune si on traverse le monde les yeux ouverts. La thérapeute de Zurich Anja Grunert souligne : « d’autoriser la curiosité, peut ressembler à une fontaine de jouvence. »  Une étude des chercheurs américains Gary Swan et Dorit Carmelli du Centre privé des Sciences de la Santé indiquent qu’ils pourraient avoir raison. Swan et Carmelli observaient l’influence de la curiosité sur l’espérance de vie de plus de 1000 hommes et femmes d’un certain âge. Au début de l’étude, les séniors avaient en moyenne 69 ans. Les scientifiques testaient à quel point les participants étaient curieux de savoir – et mettaient ces résultats en relation avec les cas de décès en une période de 5 ans. Comme l’évaluation montrait, une plus grande partie des séniors peu intéressés décédaient. Pourquoi ? Peut-être la curiosité soutient une façon de vivre active : elle pourrait empêcher de moisir dans le fauteuil devant le téléviseur – et au lieu de cela, les pousser au centre de remise en forme, à l’université du temps libre ou à voyager.

*

Aucune peur des changements : la vie est incertaine – ce qui était justement encore vrai peut être faux l’instant d’après. Cela semble moins menaçant à des curieux dit Paul Silvia. Des curieux du savoir se demandent : que puis-je apprendre d’un tel bouleversement ? Que puis-je apporter ? Avec cette conception, ils réussissent à retirer quelque chose de positif, également des phases de vie accablante. Ils sont plus disposés à s’embarquer dans de nouveaux défis. En outre, des personnes curieuses ont plus de contacts sociaux, ce qui les renforce dans des crises. Au-delà de cela, l’auto-certitude et la confiance en sa propre capacité de pouvoir en venir à bout des défis, s’accroissent avec l’expression de la curiosité. On a fait cela déjà beaucoup de fois – et venus à bout avec succès.

*

**

****

********

**************

*********************

Pour cette fin d’année, je vous souhaite beaucoup de curiosité en 2016 et bien entendu…

…de joyeuses fêtes de fin d’année en famille et en pleine santé !

Arnaud HAYAERT

*************