Archive for mars, 2016

Mars 2016

Dimanche, mars 13th, 2016

La différence entre déprime et dépression

 

Ce mois-ci, je laisse Charlotte se charger de la publi du mois ! Charlotte, maquilleuse et blogueuse professionnelle (http://charly-make-up.blogspot.be/), est une patiente que je connais depuis un petit bout de temps déjà, le travail réalisé ensemble (qui continue), nos échanges riches ainsi que ses progrès m’ont donné envie de lui laisser les commandes pour répondre à une question qui me revient souvent en conférence ou en cabinet : « quelle est la différence entre déprime et dépression ? »

Je tiens ici à la remercier et à la féliciter pour son travail de recherche et son regard toujours aussi efficace !

Merci Charlotte !  ;-)

Vivement les prochaines publis….. 

Arnaud HAYAERT

**********************************

 

 

La déprime est un état, une pause imposée. Comme un petit signal d’alarme qui vous susurre à l’oreille : «  hey stop, quelque chose ne va pas ». Vous vous sentez alors dans un état « de pause », mou, fatigué, triste, nul et sans aucune défense. La fameuse phrase « je suis déprimée » prend tout son sens. Avoir un « coup de cafard » est donc une manifestation naturelle de notre psychisme.

 

 

Dans le Larousse, déprimer c’est :

  • Affaisser, enfoncer une surface : Les pluies ont déprimé la chaussée.
  • Décourager quelqu’un, l’abattre, le rendre triste et morose, l’amener à un état de dépression nerveuse, lui ôter toute énergie ; démoraliser : Ce travail me déprime.
  • Amener quelque chose à un état d’affaiblissement ; diminuer son activité, faire baisser : Les nouvelles ont déprimé les cours de la Bourse.
  • Mettre le bétail au pâturage dans une prairie de fauche à la sortie de l’hiver, avant le démarrage de la croissance de l’herbe.
  • Détruire ou atténuer à l’aide d’un réactif approprié la flottabilité d’un minerai.

http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/d%C3%A9primer/23922

 

Nous retiendrons, affaisser, enfoncer, décourager, rendre triste, morose, affaiblissement….Car dans cet état, vous ressentirez un manque d’énergie, d’envie, de sommeil, une irritabilité, un manque d’appétit ou au contraire un besoin de manger beaucoup, de la tristesse, de la distraction. Vous serez réellement « en pause » et donc un peu en retrait de tout et de tous ceux qui vous entoure.

La déprime est bien un état, un passage, un moment de flottement. Mais ce moment à un sens, une raison. Votre corps et votre esprit réagissent, se défendent et vous mettent en « déprime » mais pourquoi ?

Ce moment doit servir à trouver quel est le réel détonateur de votre état. Le travail ? Une dispute ? Un mal être ? Quelque chose que l’on n’ose pas révéler, dire à quelqu’un ? Le besoin d’une pause dans votre vie ? Un deuil qui se prolonge, une séparation ?

La déprime ne vous empêchera pas de rire devant une bonne comédie ou de sourire devant une jolie chose. Elle vous laissera du répit. Cet état ne vous enfermera pas dans une solitude extrême mais dans une humeur différente de celle des autres.

Cet état peut durer le temps que votre esprit décide de sa fin. La déprime peut arriver à plusieurs moments de la vie sans donner naissance à une dépression. Ne laissez donc pas ce passage perdurer dans le temps, essayer de trouver des réponses ou consulter un professionnel qui pourra vous aider à mettre le doigt sur ce qui vous rend morose.

 

 

La dépression, elle, est bel est bien une maladie.

Dans le Larousse, la dépression c’est :

  • Abaissement d’une surface ; enfoncement, creux : Dépression du sol.
  • Diminution de l’activité économique pouvant déboucher sur une crise ; chute des cours.
  • État pathologique marqué par une tristesse avec douleur morale, une perte de l’estime de soi, un ralentissement psychomoteur.
  • Mécanique
    Vide partiel provoqué dans la tubulure d’admission et le cylindre d’un moteur à explosion par le mouvement descendant du piston.
  • Physique
    Pression inférieure à la pression du milieu environnant.

 

Ici nous retiendrons, abaissement, enfoncement, chute, vide.

La dépression n’est pas tant un état pathologique qu’une réelle maladie. Quand la « déprime » prend réellement le dessus des humeurs et qu’elle ne vous permet plus de mener une vie « normale ». Lorsque les symptômes s’intensifient et prennent le pas sur votre vie, ce n’est plus une déprime mais bien une dépression. La dépression n’est pas un état, une pause, la dépression est celle qui s’installe, prend sa place.

Vous vous sentez enfermé, isolé, perdu. Vous n’êtes plus vous-même et d’ailleurs vous ne savez plus trop qui vous êtes. Vous vous sentirez vite coupable de tout, vous ne vous supportez plus. Vous aurez parfois des pensées morbides, comme des envies de vous convaincre que la mort pourra vous libérer.

Tout sera difficile, vivre, dormir, vous lever, manger et même communiquer. Toutes les activités de la vie quotidienne deviendront un « effort ». Vous n’aurez plus d’envies, vous serez comme à côté de vous-même. Un comportement dangereux.

 

Selon le site : http://www.fondationdesmaladiesmentales.org/

 

Certaines maladies physiques peuvent avoir des symptômes semblables à ceux de la dépression. C’est pour cette raison qu’en présence d’une dépression, un bilan de santé et un examen médical devraient être faits.

 

Manifestations visibles :

  • Irritabilité excessive
  • Déprime ou tristesse permanente (envie de pleurer fréquemment)
  • Inquiétude excessive
  • Difficulté à prendre des décisions
  • Perte d’intérêt et de plaisir pour toute activité

 

Symptômes physiques :

  • Troubles de l’appétit : perte ou gain d’appétit et/ou de poids
  • Troubles du sommeil : insomnie ou hypersomnie
  • Agitation ou ralentissement
  • Diminution de la concentration ou de la mémoire
  • Diminution ou perte d’intérêt sexuel
  • Fatigue ou manque d’énergie

 

Symptômes subjectifs :

  • Dépréciation, dévalorisation et perte d’estime de soi
  • Sentiment d’indignité et de persécution ou culpabilité excessive
  • Difficulté de concentration ou indécision
  • Sentiment d’isolement et de solitude
  • Pensées récurrentes de mort ou de suicide

 

 

Changements de comportement :

  • Retrait ou dépendance sociale
  • Masques
  • Négation ou résistance

La dépression reste une maladie complexe qui est souvent déclenchée par des événements extérieurs. Certains facteurs génétiques peuvent aussi jouer un rôle dans la création du déséquilibre chimique dans le cerveau d’une personne lorsqu’elle vit une dépression.

Une maladie physique, chronique peut également mener une personne à la dépression. Une personne qui était très active et qui se retrouve « forcée » de calmer ses déplacements peut ainsi tomber dans la dépression. Celle-ci ne fera qu’aggraver les symptômes physiques d’une maladie et rendra donc le malade davantage sensible aux douleurs.

D’après une enquête menée par les autorités de santé publique du Québec, environ 8 % des personnes âgées de 12 ans et plus ont rapporté avoir vécu un épisode de dépression au cours des 12 derniers mois. http://www.fondationdesmaladiesmentales.org/

 

Il est important de consulter votre médecin traitant ou votre thérapeute dès l’arrivée de sentiments qui vous assaillent. Non traitée, la dépression pourra s’aggraver et mener à des états irréversibles. Il existe également des groupes de parole et de soutien. La prise d’antidépresseurs va souvent permettre à la personne de retrouver un état « normal » mais ses problèmes ne seront pas réglés. Voilà pourquoi la prise de ses médicaments doit se faire en complément d’une thérapie. Tant que le problème de « base » ne sera pas réglé, vous ne guérirez pas.

 

 ********

 

Restez donc vigilant(e) parce que oui, une déprime peut devenir une dépression!

Ne négligez pas vos proches et surtout, pensez à vous !

 

Charlotte DELHONTE

 

 

 

 

 

 

 

http://charly-make-up.blogspot.be/