Professionnels de la santé

 

 

*****

Médecins, Professionnels de santé

 

De nos jours, l’imagerie médicale nous permet de savoir que les aires qui s’activent dans le cerveau ne sont pas les mêmes, selon que l’on ressent des pensées, des émotions positives ou négatives. Ainsi la relaxation, en particulier  la sophrologie permet d’activer plutôt une zone située à l’avant du cerveau gauche (cortex préfrontal gauche), zone bien connue pour stimuler le système nerveux parasympathique impliqué (entre autres) dans les mécanismes de réparation du corps et dans la production de cellules immunitaires. A contrario, les émotions négatives activent plutôt le cortex préfrontal droit, connu pour stimuler le système nerveux sympathique ou système du stress. Or, l’implication du stress dans des pathologies telles que les affections cardio-vasculaires et problèmes cutanés (psoriasis, eczéma…) n’est plus à démontrer. Différentes études scientifiques et médicales ont montré que les exercices de relaxation avaient la vertu de normaliser le rythme cardiaque et d’abaisser la tension artérielle, comme s’ils venaient s’opposer à l’action du système nerveux sympathique.

 

Champs d’application :

 

  • Prévention du stress, burn-out, bore-out, anxiété, troubles psychosomatiques, hyperactivité, problèmes de sommeil
  • Difficulté à accepter la maladie au quotidien, acceptation de soi
  • Dépendances : alcool, tabac, cannabis…
  • Préparation aux examens, entretiens, scolarité difficile, études
  • Manque de confiance en soi, sentiment d’échec
  • Evénement personnel mal vécu : licenciement, chômage, deuil, séparation, divorce, ménopause, retraite…
  • Amélioration des performances sportives, compétitions
  • Développement de la mémoire, de l’attention, de la concentration, de la communication, des relations humaines

 

 

Quand orienter le patient vers un sophrologue

 

  • Quand il vit des périodes de passage, de changement, d’adaptation tant physique, familial, conjugal que professionnel.
  • Quand les manifestations du corps sont en lien avec des sentiments dévalorisants, d’existence menacée ou de profond découragement.
  • Quand le patient s’éloigne de ses possibilités actives et donc de ses capacités.

 

Il ne s’agit pas de dire ;

Il ne s’agit pas de conditionner ;

Il ne s’agit pas de persuader ;

Il s’agit de vivre son CORPS au quotidien dans l’expérience et vivre une réalité consciente pour mieux se connaître soi-même et connaître les possibilités qui sommeillent en nous afin de devenir un peu plus sujet qu’objet de notre propre vie.


jeune