Champs d’applications Luminothérapie

La lumière : un antidépresseur naturel comme traitement contre la dépression saisonnière et le blues hivernal

Comment se déroule un traitement de luminothérapie ?

Tout être humain a besoin d’une certaine quantité de lumière journalière. La plupart des personnes travaillent toute la journée accompagnées d’une lumière artificielle. Cependant il faut savoir que dans ce cas-là, l’intensité lumineuse est insuffisante. Ce manque d’intensité a un impact négatif direct sur notre rythme biologique et notre organisme. Cela entraîne des conséquences sur notre vie et notre sommeil. A notre époque, nous sommes de moins en moins en contact avec la lumière du jour à cause de nos horaires de bureaux, le port constant de lunettes de soleil, etc. En automne – hiver, un grand nombre de personnes se sent fatigué, sans énergie, le moral assez bas, et mange plus que d’habitude. Pour certaines d’entre elles, cet état peut aller jusqu’à la dépression. Ces symptômes sont dus à la difficulté d’adaptation de notre organisme à la saison automne – hiver, avec ses journées plus courtes, plus sombres et assez déprimantes. Ce phénomène, dans sa forme aiguë, est appelé TAS (Trouble Affectif Saisonnier) ou en anglais SAD (pour Seasonal Affective Disorder). Il peut aussi se manifester sous une forme plus légère, appelée « winter blues », le  « blues hivernal ».

La luminothérapie est un procédé thérapeutique qui vise à traiter certains troubles de rythmes biologiques, et notamment le TAS aussi appelé dépression hivernale. La luminothérapie est un moyen simple, efficace, et médicalement reconnu de combattre ces symptômes : la majorité des personnes s’exposent à une forte lumière (démunie d’UV et d’infrarouges)  une demi-heure ou une heure par jour pendant la première semaine, cela, jusqu’à ce qu’elles obtiennent une réponse. L’usage est ensuite de réduire progressivement le temps d’exposition. Le traitement a une efficacité optimale lorsqu’il est suivi régulièrement à la même heure, et dans un cadre relaxant.

C’est un produit médical sécurisé et réglementé par une directive européenne avant la mise sur le marché.

Dans la majorité des cas, l’exposition à la lumière doit être faite le matin, le plus tôt possible.

Sa simplicité et l’absence d’effets secondaires constatés, justifient le très grand succès actuel de la luminothérapie. Des expériences médicales ont été menées sur l’amélioration de la qualité du sommeil, de façon concluante.

S’agissant de l’accroissement de l’énergie et de l’amélioration de l’humeur, des expériences ont été également menées sur des personnes souffrant de dépression saisonnière, avec des taux de réussite tout à fait impressionnants.

 

Dépression saisonnière

De nombreux tests cliniques ont permis d´établir un lien entre le manque de lumière et divers troubles qui peuvent survenir avec la période hivernale : endormissements fréquents, fatigue matinale, dépression saisonnière, troubles du sommeil, besoin de sieste, état dépressif, augmentation de l´appétit voire boulimie, irritabilité, insomnie, diminution d´activité, consommation de drogue et/ou d’alcool…

Rappelons que la dépression saisonnière n’est en aucun cas d’ordre psychologique mais d’ordre hormonale due à une sensibilité extrême aux changements de saison.

 

 

 

Troubles du sommeil

Nombreux sont ceux qui perdent un rythme de sommeil régulier et réparateur, ceci pour des raisons très variées : télévision, sorties nocturnes, internet, maladies, stress… Les troubles du sommeil se manifestent par une difficulté, le soir, à s´endormir et le matin à s´éveiller. A contrario d´autres personnes s´endorment trop tôt pour se réveiller à 3 ou 4 heures du matin sans pouvoir retrouver le sommeil.

Blues hivernal

Nombreuses sont les personnes qui se sentent un peu fatiguées et endormies lorsqu’il fait plus sombre et que les journées sont courtes pendant la période hivernale. Cette catégorie de personnes est touchée par la dépression ou le blues hivernal et peuvent être gênées par des problèmes et des symptômes entravant le déroulement normal de la vie quotidienne.

Ces troubles hivernaux vont se manifester par une extrême sensibilité au changement et peuvent provoquer un état dépressif se rapprochant de la dépression (détresse, angoisses, manque d’estime, colère, irritabilité..).

 

Insomnie

Trouble du sommeil le plus répandu, entraînant une diminution quantitative et/ou qualitative du sommeil provoquant de nombreux symptômes (impression de mal dormir la nuit, difficulté d’endormissement, éveils nocturnes)  avec des conséquences sur la qualité du cycle de veille du lendemain (fatigue matinale, somnolence diurne, troubles de l’attention et de la mémoire, difficultés de concentration dans la journée, somnolence, irritabilité, trouble de l’humeur et capacité intellectuelle réduite). L’insomnie est aujourd’hui un véritable problème de société puisqu’elle touche plus de 50% des Français.

Trouble Affectif Saisonnier (TAS)

Pour la plupart des personnes, cela se manifeste par une très forte sensibilité au changement de saison pendant l’automne et l’hiver et cela jusqu’au printemps. Le TAS est de trois à quatre fois plus fréquent chez les femmes que chez les hommes et débute généralement vers la vingtaine. Le manque de lumière entraîne des modifications chimiques dans le cerveau, même chez ceux qui n’ont pas connu de dépression, cependant les personnes ayant un antécédent de dépression y sont plus exposées. En règle générale, les symptômes associés aux TAS disparaissent avec l’arrivée du printemps. Cependant, ces dernières années avec l’apparition massive de la climatisation, de nombreuses personnes et notamment les personnes âgées ont eu tendance à se confiner l’été à l’abri de la lumière et c’est pourquoi nous voyons également des sujets souffrants de Troubles Affectifs Saisonniers en été.

 

Dépression

Elle affecte différemment les personnes selon le sexe et l’âge puisqu’elle toucherait 1 homme sur dix et une femme sur cinq. Cette maladie est à différencier d’une simple déprime passagère puisque ses symptômes se maintiennent plusieurs semaines pour que celle-ci soit diagnostiquée.
Nombreux sont les traitements de la dépression et avant d’entreprendre une démarche vers une voix ou une autre, il est important de consulter son médecin pour définir d’un traitement qui vous conviendra et sans risque pour votre santé. Pratiquée depuis de nombreuses années pour le traitement de certains troubles du sommeil, la luminothérapie s’avère être un traitement de choix dans la dépression saisonnière.

 

Maladie d’Alzheimer

De récentes recherches ont démontré que la luminothérapie peut être bénéfique dans le traitement des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. En particulier, les troubles du sommeil dus à la dérégulation des cycles, semblent présenter un terrain favorable à l’application de la luminothérapie.
L’objectif de ces séances est d’apporter un complément de lumière pour combler ce déficit lié au confinement des personnes âgées.

 

Fatigue chronique

Sept millions de Français souffrent de fatigue de façon persistante, un mal à part entière avec ses symptômes caractéristiques qui n’est pas une maladie psychologique, comme certains le croyaient. Le Syndrome de Fatigue Chronique (SFC) a été récemment reconnu par le centre pour le contrôle des maladies. La luminothérapie permet d’atténuer les symptômes de la fatigue chronique.

 

 

 ___________________________

Grâce à la luminothérapie, nous pouvons désormais vivre pleinement chaque jour de l’année, quelle que soit la saison, sans entrer en hibernation dès que l’hiver approche.

 

___________________________

Quelques conseils pour choisir votre lampe de luminothérapie

Choisissez une lampe selon votre budget bien entendu, mais sachez qu’il s’agit d’un investissement pour quelques années et pour toute la famille !

Une lampe de luminothérapie doit être tout d’abord aux normes CE et avoir un agrément médical. Vérifiez bien que la lampe que vous allez choisir a une puissance de 10.000 LUX et possède bien un filtre UV et anti-infrarouges. On ne bronze pas avec une lampe de luminothérapie !

L’utilisation d’une lampe de luminothérapie se fait le matin dès le réveil, le plus tôt possible dans la journée (sauf pour les personnes travaillant la nuit). Vous pouvez l’utiliser au petit déjeuner, au bureau, etc. (utilisation déconseillée après 13h00).

L’exposition à une lumière intense stimule dans votre corps 2 hormones : la mélatonine, hormone du sommeil qui va baisser à la lumière intense ; et la sérotonine, hormone du tonus qui va être stimulée. Il y aura donc plus de tonus et moins d’envie de rester sous la couette !

Il est conseillé de regarder en direction de la lampe, mais vous ne devez surtout pas la fixer directement (attention aux yeux), du moment que la lumière arrive à votre œil, vous ressentirez un effet bénéfique.

Une demi-heure à une heure par jour pendant la première semaine, cela, jusqu’à ce qu’à obtention d’une réponse. L’usage est ensuite de réduire progressivement le temps d’exposition. Le traitement a une efficacité optimale lorsqu’il est suivi régulièrement à la même heure.

Mon coup de cœur : Lumie Bright Spark III

La lampe a un bon rapport qualité/prix !

 Séance : 45mn à 2h00 par jour à50 cm de distance. (Données constructeur)

Quantité de lumière : 10 000 lux à30 cm – 2 500 lux à80 cm

Deux positions : verticale ou horizontale.

Vous pouvez l’utiliser pour regarder la télévision, travailler à l’ordinateur, ou lire.

 

 

Dimensions en mm : 40  x 150 x 150

Poids :1,9 Kg.

Agrément médical / normes CE